Choisissez la légèreté cet été!

Écrit par Marjolaine Mercier.

iStock 000086102733 fb

Enfin! La saison du hamac se pointe le bout du nez. Fini les gros manteaux, les bottes trempées, la gadoue, le pelletage, le froid et la noirceur de l’hiver. Bienvenue le soleil qui fait brider les yeux, les journée qui s’allongent, les pique-niques entre amis, les robes d’été qui virevoltent, les pieds dans le sable et les siestes sous le chaud soleil…

Bref, pour moi l’été est synonyme de légèreté! Comme si pour l’instant de quelques mois, nos rêves les plus fous étaient possibles. On retrouve l’émerveillement qu’on avait quand on était enfant, on se laisse porter par la brise légère et on profite davantage de chaque instant qui se présente à nous.

Un poids lourd à porter ?

Pourtant, en regardant autour de moi, je me rends compte que plusieurs femmes, hommes et adolescents continuent de trainer un poids immense sur leurs épaules à l’arrivée de l’été : celui de se sentir « trop imparfait » pour se permettre de profiter pleinement de la belle saison.

Combien de fois j’ai entendu en consultation dans mon bureau : « je ne peux pas porter de shorts parce que j’ai de trop grosses cuisses », « les bikinis, je trouve ça beau sur les autres, mais ça laisse trop paraitre ma bédaine », « depuis ma grossesse, je suis une adepte du noir qui aminci ma silhouette. Les vêtements colorés, c’est pour les minces » ou encore « quand j’aurai perdu mon 15 livres en trop, je me permettrai de mettre des camisoles ». Ces pensées, est-ce qu’elles vous trottent en tête?

Et si éviter de faire des activités qu’on aime ou de porter certains vêtements (ex. se baigner, porter des vêtements colorés, aller à la plage avec ses amis, faire du sport, s’étendre en camisole sous le soleil, etc.) nous empêchait de profiter pleinement de l’été ? Autrement dit, au lieu de s’épanouir sous le soleil telle une marguerite qui éclot, on accumule de plus en plus de pétales autour de soi, telle une cage qui se resserre contre nous. Résultat : on se sent de plus en plus prisonnier de son corps. Puis, on perd de plus en plus de vue les habiletés de son corps et les parties aimées.

Souvenez-vous des étés lorsque vous étiez enfant. Est-ce que vous sentiez ce poids sur vos épaules d’avoir un corps « plus que parfait »? Probablement que non. Alors, qu’est-ce qui a changé depuis? Malheureusement, avec les années, la société vous a appris une équation mensongère : 

X

image2

 

Tailles de guêpes ou tailles de verre de terre ?

Si on retourne que quelques années en arrière, la minceur ou la maigreur était synonyme de pauvreté et les rondeurs, elles, rimaient avec fécondité, beauté et réussite. C’est dire que les années se suivent, mais ne se ressemblent pas!

D’ailleurs, Marilyn Monroe, cette icône mythique de la beauté des années 50 portait des vêtements, non pas taille 0, mais bien taille 8 à 10. Cette définition de la beauté prévaut d’ailleurs encore dans certains pays, comme en Afrique. Considérés comme la norme il y a 50 ans, une taille 10 est pourtant aujourd’hui étiquetée comme une « taille plus » par l’industrie de la mode… Bref, la vision de la beauté s’est totalement renversée! 

Ce format corporel filiforme à la Kate Blanchette vous l’avez vu partout les dernières années : dans les magazines, à la télévision, dans les réseaux sociaux, etc. Même poupée Barbie n’a pas échappé à cette cure minceur! Vous avez donc fini par croire qu’il était LE seul modèle rimant avec beauté et santé. Et vous n’êtes pas seuls. Ce serait 50% des femmes de poids normal qui souhaiterait maigrir selon l’organisme ÉquiLibre.

Saviez-vous que seulement 1% des femmes peuvent naturellement avoir une silhouette filiforme comme on voit dans les magazines. Malgré toute la bonne volonté, ce type de corps demeure donc inatteignable pour les 99 % restants.

C’est donc dire que ce format corporel est irréaliste et que la majorité des femmes auraient avantage à apprendre à aimer un peu plus leurs formes pour être mieux dans leur tête et dans leur peau.

Ajoutez à cela les nombreux commentaires sur le poids que vous entendez dans les médias et autour de vous, et vous voilà avec la recette parfaite pour dénigrer son corps.

Or, je suis certaine qu’il y a des parties de votre corps que vous aimez et qui vous distinguent des autres (ex. vos grands yeux, votre immense sourire, vos cheveux, votre visage, etc.) Pensez-y vraiment, quand vous regardez une autre personne, est-ce que vous voyez seulement son ventre ou son corps en entier?

Apprendre à s’aimer un peu plus… Un jour à la fois.

Et si cet été, on brisait peu à peu cette cage pour se sentir à nouveau léger? Car bonne nouvelle, l’image corporelle que l’on a de soi peut être modifiée avec une bonne dose de pratique et de compassion. Après tout, notre corps nous permet de réaliser tellement de choses! Il est donc temps de reconnaitre ses forces et de faire équipe avec lui.

Voici 5 trucs pour apprendre à aimer davantage son corps, tel qu’il est maintenant!

  1. Se peser moins souvent pour moins focusser sur son poids et plus sur l’adoption de saines habitudes de vie pour sa santé globale.
  2. Détourner le regard des parties du corps moins aimées (ex. cuisses, ventre) vers les parties plus aimées (ex. visage, nez, yeux) : voilà une excellente façon de redécouvrir ses atouts!
  3. Être aussi indulgent avec soi-même qu’on l’est avec un ami. Personne n’est parfait, on fait tous des erreurs et on a tous des qualités et des défauts. Alors, permettez-vous d’être comme tous les autres êtres humaines : uniques et imparfaits.
  4. Passer moins de temps à regarder les magazines de mode, les réseaux sociaux et la télévision : ceux-ci nous exposent constamment à des images de mannequins déformés et irréalistes, ce qui peut contribuer au développement de l’insatisfaction corporelle. Pour se libérer de cette pression sociale du « plus que parfait », suivez des pages Facebook telles ÉquiLibre, Body image movement, Healthy is the new skinny et laissez tomber quelques pages de célébrités ou de mannequins qui vous bombardent de photos retouchées.
  5. Réaliser que la minceur ne rime pas avec bonheur. En effet, perdre quelques kilos ne changera pas votre personnalité, vos défauts, vos qualités et vos problèmes comme par magie.

*Psit! L’application Self Control permet de limiter l’accès aux réseaux sociaux.

Vous n’êtes pas convaincus?

Découvrez cette entrevue inspirante de la bloggeuse Vanessa Lamy, qui affiche fièrement son corps depuis qu’elle a appris à s’aimer avec ses formes naturelles. Pour écouter cette entrevue audio donnée à Radio-Canada, cliquez ici

avantapres1

« Vous voyez que j’ai engraissé sur la photo, mais vous ne voyez pas tout le chemin que j’ai parcouru,

tout l’amour que j’ai réussi à me soutirer de peine et de misère parfois. » - Vanessa

avantapres2

Taryn Brumfitt qui a lancé le Body image movement a aussi créé une photo avant / après surprenante pour révéler la beauté de l’acceptation corporelle.

Pour finir, je vous invite à renouer avec une activité aimée que vous vous empêchez de faire ou un vêtement que vous vous empêchez de porter à cause de votre poids. Puis, au lieu de focusser sur votre corps, prenez conscience des sensations agréables que vous ressentirez, des découvertes que vous ferez et des beaux moments que vous partagerez avec vos proches.

Quoi qu’il en soit, vous valez MAINTENANT la peine de profiter pleinement de l’été… avec un peu plus de légèreté!

Rédaction: Maude Lagacé Dt.p.

Références :

Braun, TD., Park, CL., Gorin, A. Self-compassion, body image, and disordered eating : a review of the literature. Body image 2016; 17 :117-131.

Holland, G., Tiggemann, M. A systematic review of the impact of the use of social networking on body image and disordered eating outcomes. Body image 2016; 17 :100-110.

Sampasa-Kanyinga, H., Chaput, J.-P., Hamilton, H.A. Use of social networking sites and perception and intentions regarding body weight among adolescents. Obesity science & practice 2016; doi: 10.1002/osp4.26.

Shannon, A., Mills, JS. Correlates, causes and consequences of fat talk : a review. Body image 2015; 15 :158-172.

ÉquiLibre. Les problèmes de poids. [En ligne] http://www.equilibre.ca/approche-et-problematique/les-problemes-de-poids/(page consultée le 26 avril 2016).

Prof-IL. Le développement d’une image corporelle positive. [En ligne] http://prof-il.org/le-developpement-dune-image-corporelle-positive/(page consultée le 26 avril 2016).

 

Nos bureaux

86 boul. St-Luc
Suite #130
St-Jean-sur-Richelieu, Qc.
J3A1G1
1235 boul. Périgny
Suite #21
Chambly, Qc.
J3L 1W7
 
365 rue St-Jean
Suite #120
Longueuil, QC.
J4H 2X7
 
1400 rue Principale
Suite #207
Ste-Julie, Qc.
J3E 1R6

438-882-1719
 

Carte bureaux

Membres